De La Canebière au centre pénitentiaire de Varennes-le-Grand : "une rafle" qui a mal tourné - Chalon-sur-Saône et Saône et Loire

2021-11-26 05:14:07 By : Mr. Wayne Wang

Vous avez une info à partager, un coup de gueule, un coup de coeur... contactez-nous !

« Très clairement c'est un raid, un raid organisé on ne sait pas par qui, mais ils sont venus à Chalon pour voler. Ils étaient 4. Deux d'entre eux sont jugés en comparution immédiate ce lundi 8 novembre.

Le troisième a réussi à s'échapper. Le quatrième, un mineur, sera jugé par le tribunal de la jeunesse.

C'était il y a quatre jours. Des vigiles du Carrefour-Sud à Chalon-sur-Saône identifient "deux individus", comme on dit dans le procès-verbal, "au comportement suspect". En effet : ils ont mis les téléphones dans un sac pour produits surgelés, et les ont recouverts d'une serviette. L'un passe avec un sac à travers une boîte fermée, puis un autre ressort avec un deuxième sac, deux gars semblent être aux aguets. Ils se dirigent vers une Clio où ils sont arrêtés, sauf la troisième. Il sera au centre de l'auditoire, désigné comme le leader, "la tête pensante", le vrai coupable.

Pour plus de 4000 euros (marchandises retournées en magasins)

« Un ordinateur HP, 25 téléphones, des écouteurs, un jeu PC, un livre, un paquet de chips, une serviette de bain » est sorti du supermarché ; et aussi une montre dans un autre magasin, puis une veste d'une valeur marchande de 120 euros dans un magasin de sport, "c'était pour moi", reconnaît le plus âgé des deux prévenus. Il a 27 ans, il est né en Algérie, il vit à Marseille sur la Canebière, il a deux enfants et travaille 4 heures par jour dans une boucherie. Une condamnation pour trafic de drogue en 2019. Son ami a 22 ans et paraît plus âgé. Il est également né à Oran. Il est arrivé en France alors qu'il était mineur depuis sa première condamnation par un tribunal de la jeunesse. Deux condamnations. Sa situation administrative n'est pas encore réglée, il travaille donc noir dans la même boucherie à Marseille. Dans la salle, pleine de soutien pour eux, deux femmes, un enfant, des hommes.

Vol de rencontre par un gang organisé

Ils ne sont pas venus pour voler, argumente le plus jeune. Or, dans la Clio, deux sacs doublés d'aluminium disent le contraire, les quelques outils susceptibles de franchir les écluses chargent le bateau. Avant de venir à Chalon, ils se sont arrêtés à Lyon, affirmant y avoir acheté plusieurs téléphones sur un marché. « A quoi bon, monsieur, voyager de Marseille à Lyon pour acheter des téléphones portables ? »Demande le président Catala. L'interprète relaie : « Parce que l'autre nous a dit qu'il allait nous les vendre pour moins cher de toute façon. "... ...

« Ils vivent de la délinquance »

"S'ils croyaient que dans une petite ville on était moins gardés que dans une mégalopole, eh bien... c'est faux, c'est même le contraire" exige Aline Saenz-Cobo, procureure adjointe. En effet, on pense à ces trois personnes de nationalité mongole qu'à Paris nous avons enregistrées à la FNAEG, et qui ont plongé à Macon, suivis par rien de moins que le BAC (on peut lire ici : https://www.epris-de-justice .info/no-way-pour-trois-mongols-egares-a-macon/). Le procureur demande une peine de 8 mois de prison avec maintien en détention pour chacun d'eux, "puisqu'ils vivent de la délinquance". Maître Charrier et Maître Diry plaident tour à tour en faveur des "deux qui ont perdu", "des pions exploités par le célèbre M.", "ce ne sont pas les commanditaires", "ont été instrumentalisés". Derniers mots au tribunal des anciens : « J'ai deux enfants, j'ai deux enfants. " 

Le tribunal les déclare coupables et les condamne chacun à 8 mois de prison avec maintien en détention, "compte tenu du risque de récidive". Dans la salle, un des supporters fait un « 8 » avec ses doigts dans leur direction, le décompte est correct.